2 min lu

Avec 5,53 millions de locaux rendus raccordables en 2021, les industriels ont maintenu un rythme très soutenu de déploiement de la fibre optique dans notre pays. C’est ce qui ressort de l’Observatoire annuel du Très Haut Débit, publié le 1er juin par la fédération du secteur Infranum, la Banque des Territoires et l’Avicca (Association des Villes et Collectivités pour les Communications électroniques et l’Audiovisuel). Ce niveau devrait être maintenu encore l’année prochaine, mais va chuter dès 2024. Il faut dire qu’en théorie, tous les Français seront éligibles à la fibre optique dès 2025. Une promesse du président Emmanuel Macron lors de son précédent mandat. Mais est-ce vraiment réalisable ?

50% de pénétration fin 2021

Aujourd’hui, 70% des locaux sont déjà raccordables. La fibre a donc largement supplanté le cuivre. Son adoption commerciale progresse également. Le taux de pénétration a atteint les 50% fin 2021, ce qui représente une multiplication par trois de la vitesse de commercialisation. Côté déploiement, les centres urbains connaissent un gros ralentissement, car ils étaient déjà très bien pourvus. Du côté des zones moins denses, les choses sont plus contrastées. Les RIP, ces territoires ruraux bénéficiant de réseaux d’initiative publique, sont devenus le principal moteur de la croissance en passant de 1,88 million de locaux raccordés en 2020 à 3,11 millions en 2021.

Nous nous réjouissons du très bon score obtenu dans ces zones rurales qui concentrent aujourd’hui l’essentiel des efforts”, nous confie Philippe Le Grand, le président d’Infranum. Mais du côté de la zone AMII (Appel à Manifestation d’Intention d’Investissement), c’est-à-dire des territoires de la zone moins dense d’initiative privée, c’est moins réjouissant. “Il reste effectivement du travail avec trois millions de prises à déployer.

Petite difficulté supplémentaire, la cible ne cesse d’augmenter. Le nombre de locaux à raccorder passera en effet de 42 à 44 millions en 2023. Il était de seulement 37,1 en 2018. Dans le même temps, les dates limites ne reculent pas. Pour rappel, le Plan France Très Haut Débit avait pour but de rendre 80% des Français éligibles à la fibre optique fin 2022. “Cet objectif sera atteint et même largement dépassé”, assure le président d’Infranum. 

670 000 foyers non fibrés

Mais l’échéance de 2025 semble difficilement jouable. A cette date, « seuls » 98% des locaux devraient être éligibles.

Il va rester environ 670 000 foyers non fibrés. Des raccordements complexes qui nécessitent des travaux de génie civil très chers”, prévient Philippe Le Grand. La fédération estime que cela coûterait au moins 3,3 millions d’euros.

Reste donc à trouver les financements. Mais tous les professionnels du secteur le disent : le 100% fibre ne sera jamais totalement atteint, de la même manière qu’il n’y a jamais eu de 100% cuivre. Satellite, THD Radio et, à terme, la 5G Box (Fixed Wireless Access) continueront à compléter le réseau en fibre optique. 

source: 01.net